Conclusion

          Comment expliquer la persistance de la violence conjugale contre les femmes dans une société développée comme la notre ?

 

          Pour répondre à notre problématique, nous avons étudié tout d'abord les chiffres de la violence conjugale.  Nous avons constaté que l'augmentation mise en évidence par ces chiffres ne désigne pas une augmentation des violences en elles-mêmes, mais une augmentation du nombre de plaintes. Cela montre que l'action des diverses campagnes et associations a été efficace : en effet, de plus en plus de victimes dénoncent les violences auquelles elles sont soumises.

          Nous avons ensuite étudié le contexte de cette violence : nous avons observé d'une part que, dans la société, la violence aux personnes augmentait de façon significative. D'autre part, malgré l'égalité affichée dans la société entre hommes et femmes, il persiste des inégalités, certes cachées, mais bien réelles.

          Enfin, nous avons détaillé les différents moyens de prévention et de répression mis en oeuvre pour combattre ces violences. Nous avons pu constater qu'ils sont de plus en plus développés et précis ; mais que, cependant, ils n'existent que depuis peu de temps, et que la prise en charge de la violence conjugale par la loi et par la société n'a été que trop tardive.

 

          On peut donc dire que, si la médiatisation du phénomène et sa prise en charge sont efficaces, leur développement trop tardif rend difficile l'éradication du problème. En effet, tolérée et considérée comme un problème exclusivement privé tout au long de l'histoire, la violence conjugale a pu exister sans répression pendant trop longtemps, et a imprégné les mentalités.

          D'autre part, malgré une apparente égalité entre hommes et femmes dans notre société, il persiste des inégalités en défaveur de la femme, qui la placent parfois dans une position de soumission, symbolique mais aussi économique, ce qui à la fois peut encourager les violences mais également compliquer leur dénonciation.

 

          Il faut également préciser que les facteurs sociaux étudiés dans notre TPE ne sont pas les seuls à prendre en compte ; les facteurs psychologiques comme le passé de l'agresseur ou sa mentalité sont aussi des explications à la violence conjugale, car la violence est avant tout le fait d'un agresseur qui souvent correspond à un profil particulier et ne dépendant pas exclusivement de variantes sociales.

 

          La violence conjugale envers les femmes est donc non seulement difficile à expliquer, mais aussi à mesurer, donc à éradiquer. A l'issue de notre travail, nous ressentons le besoin de nous interroger plus largement sur le problème de la violence envers les femmes d'une façon générale : qu'en est-il aujourd'hui ? Cette violence a-t-elle reculé avec l'émancipationdes femmes et leur avancée dans la société ? Ou, au contraire, a-t-elle augmenté, dans notre société mais également dans d'autres (on peut penser nottament auxx pays d'Afrique ou d'Asie) ?   

14 votes. Moyenne 3.86 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×